Résultats de l’enquête sur le télétravail pour les personnes en situations de handicap

Malgré le déconfinement le 11 mai, le télétravail a continué pour de nombreux salariés en raison de la situation sanitaire et des problématiques de garde d’enfants qui subsistent. De nombreuses enquêtes sur les conditions de télétravail en cette période particulière ont été menées mais peu se sont intéressées aux salariés en situation de handicap.

C’est pourquoi nous avons souhaité, par cette enquête, identifier les difficultés auxquelles ces salariés ont été confrontés, mais aussi les aspects positifs qui ont pu faciliter leur activité. Notre but est de leur donner la parole et de nous enrichir des résultats de l’enquête pour les accompagner au mieux dans les changements induits par cette crise sanitaire.

Plus de la moitié des répondants pratiquait déjà le télétravail avant le confinement de manière régulière (25%) ou ponctuelle (30%).

Difficultés sensorielles et motrices

Les difficultés sensorielles des répondants sont surtout visuelles et motrices, associées fréquemment à des douleurs chroniques ou de la fatigue.

39% des répondants ont des difficultés motrices souvent associées de douleurs chroniques. 54 % ont des difficultés visuelles dont 20% ont des difficultés associées (motrices, fatigue, douleurs chroniques).

Difficultés sensorielles et motrices

Espace et lieux de travail

  • 86 % des répondants disposent de matériel spécifique sur leur lieu habituel de travail. 60% d’entre eux bénéficient d’un logiciel d’assistance, 35 % ont un siège ergonomique, 28 % un clavier spécifique et 19% une souris spécifique pour le matériel le plus représenté.
  • Pour les répondants disposant d’un matériel spécifique, 40% disposent de ce matériel au domicile. Ils étaient 40% à n’avoir jamais télétravaillé. Toutefois, pour 46% des répondants, ils disposent seulement en partie de leur matériel au domicile et 14% n’a pas du tout son matériel à la maison.
  • 40% des répondants ne disposent pas d’un espace dédié pour travailler. Ils sont 59% à ne pas avoir de bureau et siège adaptés. Il est a noté que pour les personnes déclarant ne pas avoir de mobilier adapté, 59% d’entre eux possèdent un siège ergonomique au bureau.
  • Il y a 33% des répondants qui n’ont ni espace ni mobilier adapté. 35% répondent être bien installé.
Disposez-vous d’un siège adapté pour travailler ?

En résumé

Il est positif de noter que, pour la majorité des salariés disposants de matériels spécifiques, ils ont été équipés de ce matériel à leur domicile, au moins en partie.

Toutefois, 1 salarié sur 3 ne dispose ni d’espace dédié, ni de mobilier adapté pour travailler. Parmi les salariés n’ayant pas de matériel adapté, 60% d’entre eux bénéficient normalement d’un siège ergonomique.

Point de vigilance

Il semble important de s’assurer que les salariés puissent bénéficier des mêmes conditions matérielles de travail au domicile si le télétravail devait perdurer, au risque d’aggraver une pathologie ou d’en générer de nouvelles. 

L’Agefiph propose une aide exceptionnelle à la mise en place du télétravail.

Usage des outils numériques

  • 74 % des répondants affirment bénéficier d’outils numériques satisfaisants pour le télétravail.
  • Pour les salariés travaillant avec un logiciel d’assistance, plus de 40% d’entre eux répondent rencontrer des problèmes d’accessibilité avec les outils numériques.
  • La moitié des salariés disent ne pas avoir été formé sur les outils de travail à distance fournis par leur employeur. 20 % ont été formé et 25% en partie.
  • La moitié des salariés répond utiliser des appareils personnels pour communiquer avec ses collègues et son entreprise.
diriez-vous que vous disposez d’outils numériques adaptés pour le télétravail ?

En résumé

Les répondants sont bien équipés d’un point de vue outils numériques pour télétravailler. Toutefois, le problème d’accessibilité aux outils de travail à distance se pose pour les utilisateurs de logiciels d’assistance. Ces difficultés peuvent venir en partie d’un manque de formation à l’usage de ces outils. Toutefois, il est possible que certains ne soient pas accessibles nativement.

Pour pallier l’urgence de la situation, les salariés n’ont pas hésité à utiliser leur matériel personnel pour continuer à travailler et communiquer avec leur entreprise.

Points de vigilance

Appréhender un nouvel outil logiciel via un logiciel d’assistance n’est pas chose aisée. De plus, lors d’un changement d’organisation, certain handicap, comme les troubles DYS, nécessite un temps d’apprentissage et d’assimilation plus important. Il est important de former les utilisateurs concernés et d’adapter la formation à leurs besoins spécifiques.

De plus, il faut s’assurer que les outils de travail à distance sont accessibles aux salariés en situation de handicap.

Articulation des temps

  • 84% répondent arriver à concilier vie privée et vie professionnelle. Pour les répondants qui ne parviennent pas ou difficilement à concilier leur vie privée et professionnelle, seulement un tier ont des enfants.
  • 88% estiment pouvoir adapter leurs horaires de travail pour répondre à leurs contraintes personnelles. Les 12% n’arrivant pas à adapter leurs horaires à leurs contraintes personnelles n’ont pas forcément d’enfants, mais vivent pour la plupart seul à la maison.
Dans ce contexte particulier de télétravail, diriez-vous que vous arrivez à concilier votre vie professionnelle et votre vie privée ?

En résumé

De manière générale, les salariés parviennent à articuler temps de vie privée et professionnel.  La gestion des enfants ne semble pas être le seul facteur de difficulté pour les salariés n’arrivant pas concilier travail et vie privée. 

Points de vigilance

Il est important de maintenir dans le temps les possibilités d’ajustement en fonction des besoins et capacités des personnes et ce malgré le besoin de reprise économique des entreprises.

Management et charge de travail

  • 65% des répondants se sentent soutenus par leur manager. Une part non négligeable ne se sent plutôt pas soutenu voire pas du tout soutenu.
  • Des réunions d’équipe ont été organisées au moins une fois par semaine pour la moitié des répondants. Cependant, 18% n’ont jamais eu de réunion d’équipe et 20% en ont rarement.
  • Quand les réunions ont lieu, elles traitent plutôt du bon avancement des missions, de la priorisation des tâches mais aussi des difficultés liées au travail et à l’accessibilité aux outils. Elles traitent moins des difficultés liées à la situation personnelle de la personne.
  • Pour la moitié des répondants, leurs activités n’ont pas été redéfinies. 45% des répondants estiment que leur charge de travail a augmenté (20% estiment travailler beaucoup plus que d’habitude). Les enseignants et les cadres sont les plus représentés. L’augmentation de la fatigue est liée à l’augmentation de la charge de travail.
  • 60% des répondants estiment être aussi efficace qu’avant voire plus efficace. Pour les personnes ayant un sentiment d’être moins efficace, les salariés n’ayant pas pratiqué le télétravail avant la crise sont les plus représentés.
Des réunions à distance ont-elles été mises en place depuis le début du confinement ?
Comment qualifieriez-vous votre charge de travail ?

En résumé

Il est nécessaire de s’interroger sur le nombre significatif de répondants n’ayant pas ou peu été invité à des réunions d’équipe. Pourtant, les personnes en situation de handicap sont plus susceptibles d’être impactées par un changement d’organisation et ont besoin d’être accompagnées.

Il y a un sentiment d’augmentation de la charge de travail en particulier pour les enseignants et les cadres, qui semble impliquer une plus grande fatigue. 

Malgré les problématiques d’accessibilité et de manque de matériel spécifique, une majorité des répondants se sentent aussi efficace qu’avant.

Point de vigilance

Il est nécessaire de ne pas isoler les salariés en situation de handicap qui peut être un facteur de risques psycho-sociaux. Les managers ont un rôle à jouer pour garantir le lien social au sein de l’équipe.  

Les salariés qui estiment travailler plus, voire beaucoup plus que d’habitude sont encouragés à alerter leur manager ou leur direction.

Collectif de travail

Les relations de travail avec les collègues sont restées les mêmes pour la majorité des répondants. Toutefois, 20% d’entre eux répondent qu’elles se sont dégradées. 25% ont le sentiment de ne pas être soutenu par leurs collègues. 

Relations de travail avec vos collègues dans ce contexte

En résumé 

L’intégration d’un salarié en situation de handicap dans son équipe n’est pas toujours acquise. Une mauvaise connaissance des besoins de la personne, des représentations erronées peuvent entrainer des comportements maladroits et cristalliser des tensions au sein du collectif. La situation exceptionnelle de crise sanitaire qui s’accompagne d’un climat anxiogène et d’un manque de lien social, peut donc générer voire amplifier des tensions.

De plus, les collègues peuvent se sentir démunis pour savoir comment soutenir à distance ou sans possibilité de contact physique, un collègue en situation de handicap.

Point de vigilance

Une attention particulière doit être portée sur les situations où les relations de travail se sont dégradées. En effet, ces tensions peuvent s’amplifier avec le temps.

Pour pérenniser une situation de télétravail ou pour garantir un retour au travail serein au sein du collectif, nous encourageons les entreprises à mettre en œuvre, quand cela est nécessaire, un accompagnement spécifique de leurs salariés en situation de handicap au sein de leur équipe en fonction de leurs besoins et de leur activité.

Synthèse

Plutôt bien équipé en outils numériques pour télétravailler, les répondants déclarent rencontrer des problématiques d’accessibilité à ces outils. Un besoin de formation ou une inaccessibilité native de certaines applications via les logiciels d’assistances peuvent expliquer cette difficulté.

La majorité des répondants disposent au moins en partie de leur matériel spécifique au domicile. Toutefois, plus de la moitié déclarent ne pas avoir de bureau ni de siège adapté. Les salariés souffrant déjà de difficultés motrices et / ou de douleurs chroniques sont susceptibles de pâtir en premier de mauvaises conditions matérielles de travail.

D’un point de vue organisationnel, les répondants estiment plutôt bien réussir à articuler leur temps de vie professionnelle et privée. Plus de la moitié se sentent soutenu par leur manager. Il existe toutefois un pourcentage non négligeable de répondants pour lesquels les relations de travail se sont dégradées et 40% des répondants ont très peu de lien avec leur équipe. L’enquête de l’ANACT sur le télétravail en confinement révélait des résultats plus positifs en termes de liens sociaux.

Les difficultés d’intégration des salariés en situation de handicap existent depuis toujours et de nombreuses entreprises mettent en place des politique handicap pour que leurs conditions de travail s’améliorent. Plus encore en période de crise, il est important de tenir compte de tous les salariés, quel que soit leurs besoins. Lorsque la situation est complexe, les professionnels du maintien en emploi tels que des ergonomes, des formateurs, des experts techniques peuvent accompagner l’entreprise à identifier les besoins et mettre en œuvre des solutions appropriées.

Données générales

  • 57 salariés en situation de handicap qui ont pratiqué le télétravail pendant la crise sanitaire ont répondu au questionnaire.
  • 63 % des répondants sont des femmes.
  • Les répondants ont entre 30 et 59 ans.
  • 34 % des répondants vivent seuls.
  • 41% des répondants travaillent dans une entreprise de plus de 5000 salariés. 30% travaillent dans une entreprise de plus de 250 salariés.
  • 44% sont cadres, 15% agents de maîtrise, 13% sont enseignants tous niveaux confondus et 13 % sont fonctionnaires.
Quelle est la taille de votre entreprise ?
Profession des répondants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.